Un groupe de parole et de soutien aux alentours d'Evry-91

 

En fréquentant les personnes accompagnées de Parkinson, j’ai observé qu’elles étaient très souvent entourées d'un silence glacial. Elles ont bien du mal à partager leurs émotions, leurs sensations et surtout à dire leur souffrance.

 

Ayant exercé pendant près de 20 ans la psychothérapie, j’ai proposé de créer un groupe de parole composé uniquement de malades.

 

Dans ce lieu d’écoute sans jugement, chaque personne est invitée à dire ses sentiments. La parole se libère petit à petit grâce à des jeux, des photo-langages, des tests. Ainsi, nous expérimentons la liberté de parole, la solidarité et l’entraide. Nous avons aussi cherché le positif caché dans notre vie de tous les jours, afin de mettre de la distance avec cette maladie et de trouver des ressources pour Vivre et non pas survivre.

 

En juin 2015, le premier bilan met en lumière la joie d’avoir permis l’échange des ressentis de chacun. C’était une nouveauté pour tous les participants, car, enfermés dans un statut de malade, il leur devient rapidement délicat de s’exprimer face à des aidants qui se précipitent pour les soutenir, les aider et éventuellement faire à leur place. Sans doute ces derniers veulent-ils inconsciemment faire disparaître Parkinson, parce que voir souffrir son conjoint ou le malade dont on a la charge est une épreuve ardue et exténuante à vivre.

 

Témoignage de Monique :

 

Je participe à ce groupe depuis quelques années déjà et c’est toujours avec autant d’enthousiasme que nous nous rencontrons afin d’ échanger nos ressentis face à la vie quotidienne que nous fait subir notre maladie.

Claire nous invite à dialoguer sur un thème toujours ludique et à commenter un sujet. Parfois elle nous laisse proposer de discuter de tout et de n’importe quoi. Cela finit toujours en gros éclats de rires très salutaires et réconfortants pour chacun d’entre nous.

De temps en temps il se peut qu’un d’entre nous ai « le blues » alors là on se mobilise et on donne des arguments de pensées positives et, le sourire et la positive attitude revient.

Nous partons toujours de ces rendez-vous « requinqués », de bonne humeur et optimistes et prêts à affronter la maladie plus sereinement et la repousser le plus loin possible.