La médecine traditionnelle chinoise

 

S’intéresse à la communication entre les différentes fonctions organiques, étroitement liées les unes aux autres par un courant d’énergie appelé « chi » ou « Qi ».

 

Selon ce principe, la maladie résulte de blocages ou de déséquilibres énergétiques. Cette médecine s’interroge plutôt sur les causes de la maladie, qui peuvent être intérieures comme les émotions ou les soucis, ou extérieures comme le vent, le froid, la chaleur ou l’humidité. Le surmenage, un accident, une alimentation mal équilibrée peuvent aussi engendrer une affection. L’arsenal thérapeutique chinois vise à restituer l’harmonie au sein de ces flux d’énergie, à l’aide de la phytothérapie, de l’acupuncture et des massages.

 

L’acupuncture rétablit l’équilibre entre les organes qui dysfonctionnent, à l’aide de fines aiguilles insérées sur des points situés sur les méridiens.

 

La phytothérapie conseille l’administration de formules composées de racines, d’écorces, de feuilles sous forme de poudre ou de gélules et dont la posologie est adaptée à chaque personne selon sa constitution.

 

Je pratique toujours ces soins. Les séances d’acupuncture ont régulé le transit intestinal, diminué les tremblements, amélioré le sommeil et ont contribué à me détendre.

 

Très régulièrement, je me rends à la consultation d’énergétique chinoise Quelquefois, je demande un massage au lieu de l’acupuncture. Celui-ci contribue à mon lâcher prise et me donne de la légèreté.

 

Pour en savoir plus :

passeportsante.net

www.coeurdepivoine.wifeo.com