Les symptômes

http://www.franceparkinson.fr

 

Le premier critère pour poser le diagnostic de la maladie de Parkinson est la présence de deux au moins des trois symptômes majeurs de la maladie : la lenteur à initier les mouvements (akinésie), une raideur musculaire spécifique, notamment celle du visage (amimie) et le tremblement au repos.

 

Le fait que les symptômes se manifestent surtout d’un seul côté du corps est assez caractéristique. On parle de manifestations asymétriques.

 

Dans la maladie de Parkinson, d’autres manifestations peuvent apparaître : fatigue, apathie, troubles de la motricité, dépression...

 

L’akinésie ou lenteur est le symptôme de la maladie de Parkinson le plus répandu. Il s’agit d’une difficulté à initier les mouvements. Cette difficulté se repère surtout dans les mouvements complexes : séquences de mouvements différents, mouvements réclamant la coordination de plusieurs membres.

 

Deux symptômes typiques de la maladie de Parkinson sont liés à la lenteur :

 

La micrographie d’une part, cette écriture de plus en plus petite si elle n’est pas interrompue ; et la perte du ballant d’un bras, d’autre part, c’est-à-dire le fait de ne plus balancer le bras d’avant en arrière de manière automatique en cadence avec la marche.

 

La raideur, ou rigidité, est fréquente dans la maladie de Parkinson. Il s’agit d’une tension excessive des muscles, pouvant entraîner des douleurs musculaires (crampes) ou tendineuses et une sensation de raideur. Elle contribue à la difficulté des mouvements. Elle s’observe fréquemment au repos dans la posture : crispée, voutée en avant, la tête baissée et plus rarement sur le côté (phénomène de la Tour de Pise).

 

Le tremblement est l’un des symptômes de la maladie de Parkinson, souvent le plus connu du grand public. Il s’agit d’un tremblement au repos, c’est-à-dire lorsque la partie du corps concernée ne participe à aucun mouvement.